ACCUEIL Actualit√©s || Contact || Presse  || Newsletter
Accueil >> Presse >> Ha√Įti parmi les 22 pays les plus vuln√©rables


Ha√Įti parmi les 22 pays les plus vuln√©rables

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture place Ha√Įti parmi 22 pays vuln√©rables √† cause d'une combinaison de facteurs, comme la faim chronique et le fait d'√™tre importateur de denr√©es alimentaires...

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (Fao) place Haïti parmi 22 pays vulnérables à cause d'une combinaison de facteurs, comme la faim chronique et le fait d'être importateur de denrées alimentaires et d'essence. Des pays comme l'Érythrée, le Niger, les Comores, Haïti et le Liberia sont particulièrement touchés, souligne un document préparé dans le cadre du sommet de la Fao, prévu pour les 3, 4 et 5 juin 2008.

La communauté internationale devrait prendre des mesures urgentes et concrètes face à la faim et à la malnutrition, dans un contexte marqué par la flambée de prix, le peu de terres et de ressources hydriques, les changements climatiques, les besoins énergétiques accrus et la croissance démographique, estime la Fao dans ce rapport.

Le nombre de personnes souffrant de la faim en 2002-2004 était de 862 millions, dont 830 millions dans les pays en développement, selon l'agence onusienne, dont le directeur général, Jacques Diouf, a récemment visité Haïti. « La dramatique situation alimentaire mondiale actuelle nous rappelle l'équilibre fragile entre les approvisionnements alimentaires mondiaux et les besoins des habitants de la planète, et le fait que les engagements souscrits précédemment pour accélérer les progrès vers l'éradication de la faim n'ont pas été tenus", déclare le docteur Jacques Diouf.

Selon le rapport de la Fao, l'augmentation des prix, même à un rythme modéré, peut avoir un impact immédiat négatif sur les foyers pauvres qui dépensent une grande partie de leurs revenus à l'achat de nourriture.

La conférence de haut niveau de la Fao, qui aura lieu à Rome, offrira l'occasion historique de livrer un nouveau combat contre la faim et la pauvreté et relancer la production agricole dans les pays en développement.

« Les dirigeants mondiaux, qui se réuniront à Rome, conviendront de mesures urgentes à prendre pour doper la production agricole, spécialement dans les pays les plus affectés et, dans le même temps, protéger les pauvres afin qu'ils ne subissent pas de plein fouet les effets de la hausse des prix des denrées alimentaires »
, espère Jacques Diouf.

La semaine dernière, le diplomate haïtien Léo Mérorès, actuel président du Conseil économique et social (Ecosoc) des Nations Unies, a estimé que la crise alimentaire, qui sévit actuellement dans le monde, constitue une menace pour la stabilité politique et économique des gouvernements, dans les régions où la faim et la malnutrition sont les plus aiguës. (Alterpresse)

Nos partenaires || Acc√®s situation || Liens || Agenda
TI-MALICE - 3, allée Robert Schuman - 23000 GUERET - Tél. 06 64 23 71 59 / 06 75 80 75 62 / 06 88 55 41 23